PLAN LOCAL D'URBANISME : Déclaration de Michel Raymond au nom de la minorité lors du conseil municipal du 4 juillet 2018

Publié le par association Trévoux Citoyens

Monsieur le maire, chers collègues,

Nous avons aujourd’hui à approuver le bilan de la concertation et à arrêter le projet de Plan Local d’Urbanisme pour notre ville de Trévoux.

C’est un moment important, c’est l’enjeu de l’avenir que l’on trace pour notre cité.

S’agissant de la concertation, vous nous avez énoncé tout ce qui a été fait. Mais tout cela est bien formel, même si la forme n’est d’ailleurs pas toujours respecté, par exemple quand le registre mis à disposition du public n’est pas disponible. C’est une concertation formelle et minimale, peut-être même insuffisante car vous avez fait le strict minimum.  Il n’y a pas eu de mobilisation des habitants sur les enjeux, leurs attentes, leurs souhaits, comme vous auriez dû le faire. Evitons le débat, évitons les difficultés, voilà la ligne que vous avez suivie. Mais les réalités viendront quand les habitants s’apercevront du contenu sur certains aspects.

S’agissant de concertation, mais cela va plus loin, c’est le travail collectif du conseil municipal qui est cause. Les élus de la minorité ont été tenus à l’écart, pas une seule commission d’urbanisme ne s’est réunie sur le dossier malgré nos demandes au long du processus. Certes, vous avez fini par réunir la commission générale, juste à la fin quand tout est bouclé. Mais alors que vous prétendiez souhaiter une approche consensuelle, le calendrier retenu (même un peu assoupli à la fin), le refus de la participation de la minorité au long du processus, et les documents fournis très progressivement et tardivement ne permettaient pas ce travail collectif de convergence.

Surtout, vous n’avez tenu quasiment aucun compte de nos avis, que ce soit après le débat sur le PADD, ou lors de la commission générale du 19 juin.

Ce n’est pas admissible en démocratie.

Sur le fond, le projet mérite  d’être retravaillé sur plusieurs aspects :

D’abord, le volet économique. Trévoux est la ville chef-lieu du sud-ouest de l’Ain. Elle se doit d’être dynamique et entrainante, et avec le développement économique, ce sont les emplois locaux qui en découlent qui sont essentiels. Des emplois locaux, ce sont des trajets domicile –travail en moins, et donc moins de pollution et de gaz à effet de serre qui contribue aux changements climatiques. Là aurait été la vraie volonté de développement durable, qui n’apparait que faiblement dans votre projet. Or, vous avez supprimé des zones à vocation économique, pour les mettre en zone agricole alors qu’il n’y a plus d’agriculteur à Trévoux et qu’il y a des habitants au milieu… Le développement économique globalement est un volet très faible de votre projet, et la dimension commerciale est tout à fait absente. Les villes voisines vous diront merci….

A propos du développement durable, nous soulignons la faiblesse du projet sur le plan des modes doux de déplacement. Pas de schéma d’ensemble de pistes cyclables, de sentiers piétons. Les parcs urbains si importants sont en partie oubliés, et donc non protégés comme ils le doivent pour les générations futures. Nous ajoutons que l’éco-quartier, avec le projet de grosse école qui supprimerait les écoles Poyat, sera peut-être écolo à l’intérieur, tant mieux, mais générera des trafics de voitures aberrants aux heures de pointe tout autour, tant pis pour les autres.

Autre point majeur. Le logement. Vous prévoyez de l’ordre de mille logements sur dix ans, soit plus de 3000 habitants. C’est beaucoup, c’est trop, c’est aussi beaucoup de béton. Et surtout comment se logeront les classes moyennes et modestes ? Vous privilégiez massivement l’accession à la propriété au détriment du locatif. Le logement locatif aidé est essentiel à la mixité et la diversité de la population. Votre projet n’est pas bon sur le fond, et de surcroit il ne respecte pas le quota légal de 25% de logements sociaux, il ne respecte pas le Scot actuel ni le PLH qui avait été adopté par la communauté de communes.

A cet égard, les hauteurs de construction sont trop favorables aux promoteurs, et défavorables à la qualité de vie des habitants, et à celle des paysages. Des hauteurs pouvant aller jusqu’à 21 mètres autorisent des immeubles de 6 ou 7 étages. C’est trop pour respecter le caractère de Trévoux, même si, je sais, ce n’est jamais assez pour les promoteurs, ou pour les propriétaires fonciers qui en tirent aussi bénéfice. A travers ce PLU, vous cédez aux appétits des promoteurs. Ce n’est pas responsable, ni l’intérêt de Trévoux et de ses habitants.

S’agissant du classement de zones, vous rendez constructibles des zones tout autour de l’éco-quartier, là ou en 2013, avec vous, nous avions décidé ensemble de réduire le périmètre pour limiter le nombre de constructions. Vous voulez laisser construire, sans cohérence du coup avec l’éco-quartier et l’insertion dans la ville, et sans que les propriétaires concernés ne contribuent au financement de la ZAC. Et ce sont des privilèges que vous leur accordez.

Par ailleurs, vous reclassez en zone A, agricole, des terrains qui étaient en urbanisation différée. Sachant qu’il est extrêmement difficile, voire impossible, de revenir sur le classement en zone A, vous bloquez certains aménagements futurs. C’est de l’imprévoyance, c’est une vision à court terme, ou plutôt une absence de vision à long terme.

Toujours dans les classements de zones, vous écartez soigneusement le débat sur le devenir du collège alors qu’il va sortir de terre, certes avec des années de retard, mais il va sortir désormais. Bref, vous occultez  vos projets avant les prochaines échéances électorales…Que voulez-vous pour ce site ?

Il y aurait d’autres choses à dire, comme le remplacement du foyer de Fétan non plus par des bureaux, mais par du logement social, alors qu’on est dans la zone d’activité. Serait-ce un nouveau foyer ? De même, la cohérence dans l’appellation ou non « équipements publics » laisse perplexe sur d’éventuelles intentions cachées…

Mais j’arrête là.

Un débat insuffisant, une concertation minimaliste, une minorité écartée des véritables discussions, et à l’arrivée, un projet de PLU, qui, sans être tout à jeter bien sûr (il y a aussi certaines choses positives), présente des failles et une absence de vision claire de l’avenir de Trévoux, et un enjeu de développement durable qui n’est pris en compte que dans les apparences, pas sur le fond des réalités.

Chers collègues, c’est un choix important pour Trévoux. Si on faisait une interrogation écrite ici, en demandant à chacun d’entre nous d’écrire en une page quels sont les grands choix faits pour l’avenir de Trévoux à travers ce PLU, je crois qu’on aurait de belles surprises ! Aussi, nous vous demandons de reporter ce dossier de plusieurs mois pour aller vers un vrai travail collectif, et en profondeur, pour aboutir, comme le maire disait le souhaiter, sur un projet positif et consensuel. A défaut, nous ne pourrons que rejeter ce projet de PLU.

 

Publié dans Actualités, Vie publique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article